Onirym
.: Ambre :.
La symbolique du Tarot
Les Atouts sont quelque chose de secret et important en Ambre et dans les Cours du Chaos. Et l'on peut remarquer que leur pouvoir va bien au delà d'un simple moyen de communication ... Cet article vous présente donc la symbolique des Atouts et du Tarot en général, afin de vous aider à imaginer votre propre "syymbolique des Atouts" pour le Monde d'Ambre.


 

Le Tarot

Les origines mythiques

Le mythe des tarots remonterait au temps des Pharaons. Il s'agirait de 22 gravures transmises par le dieu Thot, messager des dieux auprès des Hommes.
Moïse qui avait été recueilli par les égyptiens et considéré comme le frère de Pharaon a été élevé dans l'enseignement des prêtres et aurait pris connaissance de ces tableaux. Lors de la fuite des Juifs hors d'Égypte, Moïse aurait transmis sa connaissance à son peuple par un alphabet qui est constitué de 22 lettres. Cette connaissance porte le nom de kabbale où chaque lettre a un équivalent numérique.

Certains sont convaincus d'un héritage antique (égyptien, chinois, indien, judaïque, grec, romain ...) qui en fin de compte se serait matérialisé, sous une forme christianisée, dans les sujets allégoriques du Tarot. D'aucuns souligneront plus particulièrement l'aspect alchimique tandis que d'autres préféreront mettre en relief les apports platonicens et pythagoriciens d'origine byzantine de la seconde moitié du XVè siècle en Italie du Nord notamment florentins.

Les origines historiques

Il s'agit d'un jeu de cartes qui nous vient du moyen âge, les «tarocchis» à la fin du XIVème siècle, puis qui se transforme au XVIIIème siècle : les tarots de Marseille que nous connaissons apparaissent sur le marché grâce à Court de Gébelin, qui établit les rapports entre le symbolisme du jeu et la Cabale, ils seront transformés, redéfinis, réinventés au cours du temps selon le goût, la connaissance des artistes, leur compréhension et ce qu'ils veulent nous dire. La trame originelle sera généralement respectée.

Le modèle le plus répandu se compose de 78 cartes qui se répartissent en deux sous-ensembles, division qui, variantes comprises, caractérise d’emblée le tarot :

– d’une part, les cartes dites « mineures », au nombre de 56 et se subdivisant en quatre séries (coupes, deniers, épées et bâtons) structurées à l’identique (as, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, valet, cavalier, reine et roi). Ces cartes mineures sont analogues à celles des jeux de cartes « ordinaires».
– d’autre part, les cartes dites « majeures » ou « atouts », au nombre de 22 (en fait, 21 + 1), qui possèdent chacune une iconographie particulière. Ce sont ces cartes « ajoutées » qui sont caractéristiques du tarot.

Notons tout de suite qu’il existe des jeux de tarot, ou des jeux appartenant à la même espèce générale, qui comptent plus ou moins de cartes, notamment d’atouts, que le modèle classique, dont le tarot dit « de Marseille » est l’exemple le plus connu, notamment par ceux qui s’intéressent au symbolisme.

Usages du Tarot

l’origine exacte du tarot nous reste incertaine, il n’en va pas tout à fait de même quant à son usage originel. Ce n’est que tardivement, au cours du XVIIe siècle, qu’il deviendra un instrument divinatoire. Auparavant – et jusqu’aujourd’hui d’ailleurs – c’est clairement un jeu. Mais que doit-on entendre exactement par ce terme ? S’agit-il simplement d’un passe-temps ou, en des cas extrêmes, d’un vice ? Ou bien, puisque tels apparaissent être de nombreux jeux avant de devenir simples loisirs, s’agit-il de quelque chose de plus « initiatique » ? Les sources documentaires ne nous renseignent guère à cet égard. Tout au plus permettent-elles de constater que le vice du jeu ne date pas d’hier, puisqu’il s’agit souvent d’interdictions ecclésiastiques.

Cependant, il n’est que de regarder l’iconographie d’un quelconque jeu de tarot ancien pour se convaincre qu’il ne peut s’agir d’une illustration insignifiante, purement « décorative » ou « plaisante », comme on pourrait l’attendre d’un jeu sans conséquence, même d’origine aristocratique. Ses thèmes sont moins étranges qu’il y paraît et empruntent surtout à l’iconographie chrétienne : le Pape, la Justice, la Roue de Fortune, la Force, etc. Ils empruntent également à l’iconographie de la société médiévale : le Bateleur, l’Impératrice, l’Empereur, etc. Aux légendes aussi : la Papesse n’est autre que la fameuse papesse Jeanne, une femme qui aurait été élue pape au Moyen ge sous un déguisement d’homme. D’autres arcanes, l’Étoile (rendue célèbre par André Breton, Arcane 17), la Lune, le Soleil renvoient à l’astronomie/astrologie, tout en laissant quelquefois entrevoir de possibles références à l’alchimie (mais, comme celle-ci emprunte beaucoup à l’astrologie, ce n’est pas très significatif).

Interprétation du Tarot

Il y a plusieurs moyens d'interprétation :
1 - la simple lecture des cartes,
2 - la compréhension du symbolisme des cartes réveille des archétypes et permet un autre degré de réponse
3 - quelque chose « parle » sur la carte et l'intuition dicte la réponse, Le tout est un pont entre l'inconscient du tarologue et celui du consultant.

Tarot divinatoire :

Traditionnellement et populairement, le tarot est un art divinatoire, une science "du caché" et non une science "cachée". Il sert à proposer, conseiller sur des situations présentes ou futures qui intriguent un consultant. Pour certains tarologues, le tarot permet d'aller jusqu'à affirmer ou dévoiler des informations. On parle vulgairement de tarologie, mais on devrait parler de taromancie. Il faut pour cela un jeu, quelques règles, de la foi et du bon sens.
L’arcane provient du mot latin arcanum, ce qui signifie secret ou mystère. Les cartes du Tarot divinatoire étaient nommées les mystères. Le jeu était utilisé pour révéler les secrets de l’âme ou de la vie d’un individu et pour dévoiler son avenir. Il est très important d’apprendre et de comprendre le langage des symboles pour bien découvrir les mystères que nous dévoilent les cartes du tarot. Les arcanes mineurs du tarot divinatoire sont tout aussi importants car elles apportent des informations complémentaires à celle révélées par les arcanes majeurs. On doit interpréter le sens de chaque arcane avec finesse et tenir compte des arcanes qui l’environnent. L’interprétation de ces cartes doit reposer sur le jeu subtil des opposés.

Tarot ésotérique :

Cependant, son usage «noble» est très peu employé car complexe et délicat. C'est de la "science cachée" dont il est question ici, son étude dévoile : non pas les futiles nécessités de notre vie matérielle, mais le sens de la vie (pour peu que ce sens nous motive vraiment).
Dans ce cas c'est un livre d'apprentissage sur le monde et ses lois. Certains l'appellent le livre de Thot (Hermès), ou le premier livre du monde. La manipulation du jeu complet des arcanes majeurs (22 cartes), permet de lire certains messages, par associations et combinaisons géométriques, cycliques ou autres. Pour cela, il faut un jeu, de la patience, beaucoup de temps, et souvent des livres et peut-être même des écoles. En tout cas, un grand travail intérieur est nécessaire pour avancer dans cet art. C'est un travail très long.

En savoir +

 


  [3 commentaires] [Afficher les commentaires]