.: Forums :.
ici vous trouverez les résumés des parties.
 

Chapitre II -En avant vers les passes Volvan






Nos quatre aventuriers attablés
à une bonne table de l’auberge des passes Chanicut se
demandent anxieusement comment se rendre aux passes Volvane. Tout à
coup une petite voix venant de sous la table dit distinctement :
« moi, moi je peux vous y emmener ».


Le farfadet aux services de Lord
Dornovan Archonis s’extirpe doucement de sous la nappe brodée
en répétant de nouveau : « je peux vous
y emmener sans problème, cependant les passes Volvane sont
dangereuses… mieux vaut prévoir du répulsif à
morts-vivants !!! ».


Se riant des tergiversations et de
l’indécision du groupe, le farfadet accompagne les
aventuriers à l’extérieur, dans une rue sombre, où
Memerim et Karniga font siffler le logrus de leurs extensions
interminables pour trouver chacun des potions répulsives.





¾ d’heure passent dans cette
rue froide et sombre et les ombres de passants inconnus se font de
plus en plus nombreuses aux deux bouts de la voie. A chaque issue des
groupes drapés de noir avancent doucement. En tête du
groupe le plus proche, Kéros le premier vigile des
passes Chanicut lance un tonitruant « qu’est ce que vous
faites ici dame Loweline ». En moins de temps qu’il en
faut pour le dire, trois grands monstres au visage brouillé se
relèvent derrière Kéros pour pointer des
carreaux d’arbalète. Pendant que Mèmerim et Karniga
coupent le contact avec le logrus, Ethan dresse un mur de flammes
devant l’autre groupe qui avançait précipitamment.


Karniga, après avoir fait
gronder la rue d’un bruit sourd, se jette canne épée
en avant sur Kéros devenu plus que menaçant. Les
carreaux s’abattent sur Mèmerim et Ethan. Alors que Kéros
esquive et prend Karniga à la gorge, Loweline se jette sur ce
vigile pour lui trancher finement la tête.


S’ensuit une magistrale téléportation
d’Ethan qui, l’amenant juste derrière l’un des monstres
encapuchonné, lui permet de l’éperonner de dos.
Karniga, à terre, coupe les jambes d’un autre d’un ample
mouvement circulaire. Le dernier restant voit Loweline se précipiter
sur lui quand Ethan, dans un vacarme étourdissant, le fait
exploser avec le pignon d’une maison proche !!!!


Avant de saisir le logrus pour
s’échapper de cette rue rougie par le sang, les aventuriers
voient la tête de Kéros être redevenue semblable à
celles des trois mercenaires drapés : un visage brouillé
aux yeux jaunes délavés.








La clairière aux fées de rosée





Arrivés dans une clairière
entourée d’arbres d’essences différentes, les
aventuriers récupèrent difficilement de ce combat.
Ethan et Mèmerim sentent la douleur produite par l’impact du
carreau d’arbalète se diffuser plus largement dans leur
corps. Loweline, essayant d’enlever un des carreaux bleutés
au moyen de ses extensions logruesques, reçoit une décharge
électrique mémorable. Le compagnon d’Enril, un petit
dragonnet, s’avance vers Ethan et lui enlève sans problème
le carreau ; il en fait de même pour Mémerim et met
alors ces étranges objets sous ses ailes.


Ces carreaux ne semblent agir que
sur les chaosiens !!





Au petit matin, des milliers de fées
roses viennent garnir chaque plante et rocher de petites gouttes de
rosée qu’elles extirpent de leur petit sac.


Au réveil, Mémerim
propose à Ethan d’analyser physiquement ce « carreau
tueur de chaosien » en passant par l’esprit du
dragonnet, car toucher cette arme est impossible. Après accord
d’Ethan, l’expérience est menée ; ainsi
pendant près de trois heures le petit dragonnet semble danser,
se trémoussant d’une patte sur l’autre, alors que Mémerim
reste droit comme une statue.


Alors que Karniga récupère
de son tour de garde, les autres aventuriers montent un camp
provisoire.


Au sortir de l’expérience
éprouvante avec le dragonnet, Mémerim dit qu’il a eu
accès aux souvenirs de ce dernier. Pour lui, cet animal est
aussi le familier du musicien rencontré sur l’ombre Terre
à San Fransisco
 ; ce terrien l’appellerait son
« petit mouchard », et lui aurait dit « mon
élève semble avoir besoin d’aide » !!
(en parlant certainement d’Ethan). 





Ethan, en demandant à chacun de
ne pas poser de questions, dit qu’il ne reste plus qu’un seul des
deux carreaux. Il propose aussi d’aller montrer le carreau restant
à l’empereur et de vite quitter cet endroit. Karniga qui
partage le même avis, s’empresse de conjurer de nouvelles
fioles de répulsif morts-vivants.


Ethan rajoute que les créatures
croisées la nuit précédente sont des « vampires
entropiques »,
qu’elles peuvent prendre l’apparence
des personnes et jouir de leurs sens. Enfin, il rajoute que le seul à
avoir été assez fou pour créer une arme anti
chaosien (chose puni de mort aux cours) pourrait bien être
Sirin !!








Rencontre imprévue





Karniga décide d’emmener ses
compagnons dans un lieu appelé Emendir où il est le
seigneur de petites gens bleues et trapues, aux yeux jaunes et aux
dents de sanglier. Habillés de vêtements médiévaux,
ces derniers déambulent dans les vastes plaines entourant un
château imposant perché sur une large vergence de
schiste bleuté. Tout en haut du donjon, une silhouette les
salue de la main. Quelle n’est pas leur surprise quand ils
découvrent le farfadet qui leur dit être prêt à
les emmener jusqu’aux passes Volvane !!!


Fatigués de leurs
pérégrinations, les aventuriers se restaurent de
quelques fins mets émendiriens alors que le petit korrigan
leur chante une geste dédiée à la famille
Volvane.


Il ressort de cette chanson que cette
très ancienne famille était l’unique descendante en
ligne directe du Grand Serpent des Cours. Au fil des siècles,
cette famille, qui était la plus influente, tomba peu à
peu dans l’oubli et la cité Volvane, si resplendissante
antan, s’illustre maintenant par son château désolé
entouré des sépultures nombreuses de la famille et de
ses serviteurs.





Après ce délicieux repas
couplé d’un bien macabre récit, les quatre
aventuriers s’en vont aux passes Volvane flanqués de leur
mystérieux farfadet facétieux.








En route vers Volvane !!





Le trajet est long !!!


Guidé par le korrigan, la petite
troupe passe par des forêts gigantesques dont les arbres
possèdent des racines aussi imposantes que des cathédrales,
puis par des ponts de cristal aux couleurs arc-en-ciel suspendus dans
les airs comme par enchantement et enfin par des rochers gravitant en
défiant les lois de l’apesanteur. Finalement, les
aventuriers arrivent dans une grande vallée herbeuse encaissée
de part et d’autre par des massifs rocheux de plusieurs kilomètres
de haut. De grandes statues aux dimensions extravagantes parsèment
la vallée…ils sont arrivés dans la vallée
des géants
 !!








Une rencontre éphémère





Le calme environnant laisse d’abord
filtrer quelques craquements, puis des râles rauques se font
écho…Les géants semblent se mouvoir
imperceptiblement !!!


Non, ils bougent vraiment et commencent
à courir après les 5 aventuriers médusés,
qui les uns après les autres, reprennent leur forme ailée
pour s’extraire de ce guet-apens. Alors que le korrigan a disparu,
chacun est pris dans le souffle puissant des géants.


Karniga, voyant les géants se
rapprocher dangereusement, crie au reste du groupe de se réfugier
dans une faille à flanc de falaise. Y rentrant chacun à
leur tour, les 4 compagnons descendent peu à peu dans cette
grotte croisant l’eau d’une rivière souterraine qui, elle,
remonte !!!


La marche se fait de moins en moins
rapide et le groupe passe par un boyau étroit (en marchant sur
son plafond) pour déboucher à nouveau dans une large
grotte en contrebas de laquelle bouillonne de la lave en fusion. Plus
aucune loi physique ne semble régir ce lieu.





Tout à coup une ombre apparaît
sur le mur opposé de la grotte à quelques 100 m du
groupe. Sur une corniche se montre une jeune fille se prénommant
lady Emera.


Cette dernière dit chercher ici
une porte, une ouverture débouchant sur « un monde
brillant, chatoyant, intense et réel ». Signifiant
que son « prince charmant » (homme grand,
blond, les yeux verts) lui a montré ce monde harmonieux, elle
affirme fortement son besoin de se rendre « de l’autre
côté, au-delà des ombres » pour
échapper aux Cours « qui ne sont que trahison et
désillusions ».


Mèmerim dit avoir vu ce même
décor dans l’esprit du dragonnet lors de son expérience
menée sur les carreaux magiques. Il demande à Ethan de
pénétrer à nouveau dans l’esprit de la
créature pour éventuellement y trouver l’entrée
de ce « monde parfait ».


Après avoir harnaché
Memerim à la paroi, l’expérience est renouvelée
durant plusieurs heures.


Lors de cette manipulation psychique,
un cerbère ailé apparaît, gueule ouverte, non
loin d’Emera. Cette dernière envoie sur la créature
nombre de sphères magiques et d’éclairs de toute
nature. Malgré la magie employée par Emera et Ethan et
la réaction de Loweline et de karniga pour essayer de
rattraper la jeune fille au moyen du Logrus, le cerbère
réussit son coup !!! En effet, d’un bond, il saisit
Emera dans sa gueule et s’enfuit très rapidement laissant
sur place les trois compagnons qui veillaient en même temps sur
Memerim toujours plongé dans état catatonique.


Après quelques heures
supplémentaires, Memerim se réveille, et s’étant
de nouveau saisi de ces souvenirs (transférés dans une
bague lors de l’expérience), il avoue amèrement ne
pas avoir réussi à soumettre le dragonnet. Annonçant
qu’il n’avait pu trouver aucun indice relatif à
l’emplacement de la porte donnant accès à ce « monde
nouveau », le dragonnet fait retentir un rire étouffé,
véritable camouflet aux yeux d’un Mémerim épuisé
et désemparé.




















[1]